Denis Ducarme
Chef de groupe MR à la Chambre

Soyez les bienvenus sur le site web du groupe MR à la Chambre des représentants!

Composé de vingt députés, notre groupe constitue la troisième force politique la plus important du Parlement fédéral. En tant que chef de groupe, j’ai la chance de mener une équipe composée de personnalités fortes issues de milieux sociaux, professionnels et culturels variés. Elle rassemble six femmes et quatorze hommes de conviction élus sur les listes présentées pour la Chambre par le MR à l’occasion des élections législatives du 25 mai 2014. Avec ce site, je souhaite rendre le résultat de nos travaux accessible et vous permettre de nous contacter afin de collaborer au mieux. Merci pour votre confiance.

Olivier Chastel
Président du MR

A la Chambre, notre groupe parlementaire est vigilant et constructif. Il refuse les solutions dépassées. Notre chef de groupe Denis Ducarme est un rempart face aux conservatismes et aux caricatures de l’opposition. Nos députés, dans leurs commissions respectives, défendent les idées réformatrices en interpellant, proposant, questionnant. Que ce soit en matière de sécurité, face aux enjeux socio-économiques, dans la rigueur de l’analyse budgétaire, dans les réformes menées dans la sécurité sociale, ils oeuvrent à la construction d’un paysage législatif qui améliore les conditions de vie des citoyens, des travailleurs et des entrepreneurs. Notre groupe parlementaire est à l’image de la société que nous construisons : performant et dynamique.





21 juin, 2016
Solidarité et dialogue face à la menace terroriste

Solidarité et dialogue face à la menace terroriste

Le 20 juin dernier, la commission d’enquête chargée d’examiner les circonstances des attentats du 22 mars est venue rencontrer les membres de la commission tricolore, qui se penchent eux sur les événements tragiques de janvier et novembre 2015. L’occasion de se recueillir ensemble et d’afficher une unité devant l’horreur terroriste.

Il importait également de tisser et entretenir un dialogue entre parlementaires belges et français. Dialogue qui n’a jamais cessé.

Loin des polémiques inutiles qui sont parfois venues parasiter le travail des Députés, l’heure était avant tout au recueillement en cette matinée pluvieuse du 20 juin. Devant le Bataclan, la délégation belge a tenu à manifester toute sa sympathie envers la France et les familles de victimes, en déposant une gerbe au nom du Parlement fédéral.

En compagnie de M. Georges Fenech, Président de la commission d’enquête française et de M. Sébastien Pietrasanta, son rapporteur, la délégation belge a ensuite été reçue par l’ambassadeur de Belgique à Paris pour une réunion de travail en présence de M. François Molins, Procureur de la République en charge des dossiers terrorismes. Les Députés ont évoqué l’excellente collaboration entre les services belges et français mais également abordés quelques questions plus sensibles, notamment sur le souhait de la France de voir la Belgique évoluer sur un certain nombre de mesures : « Ils nous ont fait un appel du pied très clair sur l’extension de la garde à vue, précise Denis Ducarme, Chef du Groupe. Elle peut aller jusqu’à six jours en France, alors que chez nous, on est seulement à vingt-quatre heures renouvelables. Nous plaidons depuis plusieurs mois maintenant pour une extension à 72h pour les faits liés au terrorisme, il est temps désormais d’avancer sur ce dossier. »

Unité et dialogue

A l’Assemblée nationale, les Députés ont ensuite partagé leur vision et sentiment vis-à-vis de la menace terroriste. Avec, de chaque côté de la frontière, des questions similaires. Comment améliorer la sécurisation des secours médicaux pour leur permettre d’intervenir plus rapidement ? Comment optimiser les dispositifs militaires de rue ? Comment prévenir au mieux les risques de radicalisation et déceler les signes avant-coureurs ?

La commission parlementaire française rendra ses conclusions le 5 juillet prochain, avant la remise du rapport global le 12 juillet. Elle sait à quel point la Belgique sera attentive à sa lecture. «Le travail des parlementaires français sera sans conteste parcouru avec une grande attention de notre part. Le but de ce genre de rencontre est de confronter nos expériences et de s’inspirer les uns les autres face à une menace réelle. Nous sommes tous convaincus que des efforts peuvent encore être accomplis pour augmenter encore notre niveau de sécurité, » conclut Denis Ducarme.

Liens utiles