calomne

Le Député fédéral MR Gautier Calomne réagit vivement aux propos outranciers tenus hier par le Député bruxellois Benoît Cerexhe au sujet des crédits hypothécaires. Gautier Calomne regrette que le cdH inquiète ainsi inutilement les jeunes ménages bruxellois. « En agitant la menace infondée d’une limitation des capacités d’emprunt au-delà des 80% de la valeur du bien acheté, Benoît Cerexhe démontre qu’il n’a pas bien lu ou bien compris la recommandation de la Banque Nationale de Belgique : les emprunteurs ne sont en effet plus ciblés », déclare Gautier Calomne.

 « Il faut d’abord rappeler qu’il s’agit d’une question macro-prudentielle. La Banque Nationale de Belgique est compétente en la matière, pas le Gouvernement fédéral », précise Gautier Calomne. Le Député fédéral MR rappelle que la BNB réclamait au printemps dernier une exigence en fonds propres supplémentaires pour les crédits hypothécaires à quotité élevée. Cette proposition aurait certes pu conduire à un renchérissement du coût de l’emprunt en cas de quotité élevée, mais de manière totalement marginale (entre 5 et 12 euros par mois pour un emprunt de 200.000 euros), ce qui se serait apparenté à un différentiel d’intérêt compris entre 0,06% et 0,14%, soit bien moindre que les différences de tarification constatées entre les banques pour des crédits identiques résultant de politiques tarifaires qui leur sont propres. La réaction de l’opposition était déjà à l’époque totalement excessive et infondée.

 « La nouvelle proposition de la BNB ne correspond plus du tout à ce qui était proposé en mars par la BNB », souligne Gautier Calomne. « Les crédits à quotité élevée ne sont plus visés. La proposition consiste, d’une part, à rétablir la mesure qui avait été introduite sous Di Rupo et qui est arrivée à échéance le 28 mai dernier et, d’autre part, à cibler les banques disposant de portefeuilles de crédits hypothécaires dont le profil est plus risqué que la moyenne. En d’autres termes, les établissements qui n’adoptent pas une politique d’octroi de crédits hypothécaires prudente seront soumis à des exigences en fonds propres complémentaires. On ne vise plus du tout les crédits pris isolément, mais des portefeuilles qui présentent un profil de risque supérieur à la moyenne ».

 « Au lieu de faire peur aux jeunes ménages bruxellois, Benoît Cerexhe ferait mieux d’œuvrer à encourager leur installation dans la capitale, en améliorant leur qualité de vie à travers les leviers dont le cdH dispose au sein de la Région bruxelloise », conclut Gautier Calomne.