le MR pour le vote des Belges de l'étranger aux régionales
Kazakhgate : le MR déplore l’instrumentalisation du dossier par Ecolo et le SP-A
 
Débutés il y a près de 16 mois, les travaux de la commission « Transaction pénale » touchent à leur fin. Ils avaient pour objectif de faire toute la lumière autour des conditions qui ont permis la promulgation de la loi sur la transaction pénale et, partant, de l’affaire dite du « Kazakhgate ». En ce sens, la commission mise en place devait analyser trois volets précis : la naturalisation, le parcours législatif et la mise en application de la loi par le monde judiciaire.
 
Les travaux, par leur sérieux et leur ampleur, avec plus de 200 auditions réalisées, ont permis de constater différents dysfonctionnements dans l’organisation de nos pouvoirs, et cela à plusieurs niveaux.
 
Cependant, au cours de ces travaux, le Mouvement Réformateur n’a pas été épargné. Que ce soit par des sorties hasardeuses ou tonitruantes dans la presse (cf. le fameux « MR à tous les étages » qui s’est factuellement très vite dégonflé) ou, plus grave, par des violations répétées du huis-clos dans le seul but de distiller des contre-vérités, alors même que les commissaires sont tenus de respecter le secret des débats ! Ces fuites, déplorables à plus d’un titre, ont semé le trouble au sein de la commission.
 
En dépit de faits évidents, certains membres ont préféré créer leur propre histoire, en interprétant les éléments entendus durant les auditions et en occultant volontairement tout ce qui ne corroboraient pas leur vision des choses.
 
Cette situation a envenimé les débats.
 
A l’heure de rédiger les dernières lignes du rapport définitif, le MR constate désormais que l’opposition Ecolo SP-A l’a délibérément surchargé d’appréciations et de recommandations, destinées uniquement à orienter les conclusions dans l’unique sens de leur fiction et ce, même contre l’avis d’autres partis de l’opposition. Il faut en effet souligner que les votes ne se sont pas systématiquement déroulés selon le clivage habituel « majorité contre opposition ».  
 
Depuis le début, le MR a toujours opté pour la transparence la plus totale sur cette affaire, même si, étant donné sa complexité, il a fallu constater que toutes les responsabilités n’étaient pas aussi claires à définir que d’aucuns le prétendaient.
 

S’il n’est pas possible de donner plus d’information à l’heure actuelle sur le contenu du rapport, vu le caractère confidentiel des débats, le MR, par les voix de ses commissaires David Clarinval, Damien Thiéry et Gilles Foret, déplore vivement l’instrumentalisation politique qui est faite des travaux.

 

Le rapport, qui comporte de nombreuses recommandations et mesures, sera rendu public et débattu en séance plénière de la Chambre lors de la troisième semaine du mois d’avril.