david clarinval

Les dernières déclarations de Jean-Pascal Labille au micro de la RTBF ou de Pierre-Yves Dermagne dans le Soir témoignent, s’il le fallait encore, que le seul projet du système socialiste dans son ensemble est de courir après le PTB.

Ils évoquent de concert, par exemple, la diminution de la durée du temps de travail, présentée comme inéluctable mais sans donner aucun argument pour expliquer son financement. On reste uniquement dans le slogan.

Pour le Chef de groupe MR à la Chambre, David Clarinval, la galaxie PS n’a plus de boussole.

« Je ne sais pas si ce sont les mauvais sondages ou un déficit d’idées qui aboutissent à toute une série de réactions irréfléchies, voire épidermiques dans le chef de nombreux responsables socialistes. La grève annoncée pour le 10 octobre prochain en est un bel exemple.

Par le biais de son syndicat, de sa mutuelle, de ses associations, le parti socialiste entend bloquer le pays pour la simple et unique raison qu’il n’occupe plus le pouvoir !

Le parti socialiste est-il à ce point malade de son absence aux responsabilités qu’il mobilise toute sa constellation dans une entreprise de dénigrement permanent de l’action gouvernementale ? On pourrait, à la limite, le comprendre si c’était suivi d’arguments. Mais les actions menées et à venir n’ont aucun autre but que de bloquer le pays, sous le couvert d’une opposition au gouvernement. On n’a encore jamais vu cela : aucune revendication sociale claire pour soutenir un mouvement de grève !

Où sont les arguments construits ? Les idées ? Les projets ?

Depuis plusieurs mois, le système socialiste n’a plus de gouvernail et navigue à vue, au grès des sautes d’humeur de ses dirigeants. C’est inquiétant à plus d’un titre. »