RER

Le Groupe MR regrette les contrevérités véhiculées par l’opposition dans le dossier du RER.

La clé « 60/40 » de répartition des investissements sur le rail est fixée depuis 2001 suite à un accord de coopération entre le gouvernement fédéral et les entités fédérées. Non, les Wallons ne vont pas payer plus pour le RER ! Il est faux de répandre ce genre de rumeurs.

L’opposition socialiste accuse le gouvernement fédéral d’être seul responsable de l’arrêt des travaux du RER en Wallonie. Cela révèle au mieux, une méconnaissance totale du dossier, au pire, une menterie éhontée.

Contrairement à ce qu’affirme Madame Lalieux, le rapport de la Cour des comptes indique clairement que la plupart des travaux n’étaient pas prévus dans le projet de plan pluriannuel d’investissements 2013-2025 mis en place par le Gouvernement Di Rupo et que certains supposaient l’obtention de permis d’urbanisme et d’environnement. Ce ne sont donc pas les décisions du gouvernement actuel qui ont mis le RER à l’arrêt en Wallonie.

 « Personne ne nie les difficultés qui jalonnent le dossier complexe du RER depuis une dizaine d’années. Mais pointer le gouvernement fédéral comme seul responsable des retards relève de petits jeux politiciens peu intéressants,» déclarent Jean-Jacques Flahaux, Gilles Foret et Emmanuel Burton, députés fédéraux MR et membres de la commission infrastructure de la Chambre.

Le Groupe MR rappelle que les experts de la Cour des comptes seront prochainement entendus en commission et qu’il est prématuré d’ici là d’opérer des sorties dans la presse, à plus forte raison lorsqu’elles sont dénuées de sens.