d_15

Né à Dinant le 10 janvier 1976, David Clarinval est l’ainé d’une famille de 5 enfants. Il réside depuis toujours au sein de la commune de Bièvre, située dans l’extrême sud de la Province de Namur : des origines rurales qui lui tiennent à cœur et ne cessent, aujourd’hui encore, d’orienter son implication en politique.

Passionné par la politique depuis l’enfance, il entreprend à 19 ans une licence en sciences économiques, sociales et politiques à l’Université catholique de Louvain, ponctuée par la rédaction d’un mémoire intitulé L’identité wallonne : étude sur le concept de l’identité : approche théorique et empirique. De cet exercice d’écriture, David Clarinval gardera l’envie d’écrire pour conscientiser. Il est l’auteur de plusieurs cartes blanches et d’un ouvrage intitulé Fiasco énergétique : le gaspillage écologique des ressources, rédigé en collaboration avec le philosophe Corentin de Salle.
Ce cursus universitaire le conduit, fraîchement sorti des études, à décrocher un poste d’attaché parlementaire pour le groupe MR du Parlement wallon.
A l’aube de ses 25 ans, suite aux élections communales de 2000, il devient le Bourgmestre de la commune de Bièvre ; une élection qui fait alors de lui le plus jeune bourgmestre de Belgique.

Suite aux élections provinciales de 2006, il est élu conseiller provincial et devient chef du groupe MR à Namur. Il démissionne de ces fonctions un an plus tard, le 21 décembre 2007 pour devenir député fédéral à la Chambre des Représentants, suite à l’accession de Sabine Laruelle au poste de Ministre.
Aujourd’hui, David Clarinval mène une vie bien remplie par ses activités de député-bourgmestre, de cogérant (avec son frère et sa sœur) de l’entreprise familiale « Clarinval Construction », de président de la commission droit commercial mais aussi de président de la Fédération provinciale de Namur du MR, suite à la désignation de Willy Borsus devenu ministre, en novembre 2014 et pour une durée de trois ans.

Profondément libéral, David Clarinval est un homme politique mu par la volonté de faire changer les choses de manière globale. Idéaliste, il voit dans la politique l’outil le plus adapté et le plus noble pour faire évoluer la société vers plus de justice et de liberté.
Parmi ses domaines de prédilection : la ruralité – qui est pour lui une préoccupation constante –, l’économie, l’emploi, l’énergie, l’émancipation sociale mais également les nouvelles technologies, qui l’intéressent tout particulièrement.

A la formation du gouvernement Michel, sa désignation au poste de président de la commission chargée des problèmes de Droit commercial et économique, lui donne l’opportunité de se plonger de façon plus intense dans ces matières qui l’ont toujours passionné.

Il est l’auteur principal de plusieurs textes de loi votés au cours de ces dernières années. Parmi celles-ci : une proposition de résolution relative à l’attractivité de la médecine générale en zone rurale ainsi qu’une proposition de loi réduisant le niveau d’imposition sur les primes Impulseo ; une proposition de loi visant à fixer à 21 ans la limite d’âge pour la prise d’un congé parental pour un enfant qui présente un handicap au lieu de 12 ans ; une proposition de loi allongeant la validité des chèques repas ; proposition de loi visant à protéger les créanciers victimes de scissions frauduleuses au sein des entreprises ; etc.

Il est également l’auteur de bon nombre d’interpellations orales et écrites sur des thèmes variés tels que l’énergie (black-out, gaz de schiste, nucléaire, certificats verts,…), l’emploi (congé parental, chèques-repas, éco-chèques, indépendants,…), et la défense de la ruralité (TEC, trains, bureaux de poste, administrations fédérales, médecine,…).